La première banque commerciale du pays participe à hauteur de Rs 500 000 aux frais de roulement de l’incubateur et accélérateur d’entreprises fondé par le groupe ENL.

  • La Turbine obtient le soutien de la MCB

    La Turbine obtient le soutien de la MCB

 

Le mardi 29 septembre 2020, Raoul Gufflet, Deputy CEO de la Mauritius Commercial Bank (MCB) et Hector Espitalier-Noël, CEO du groupe ENL, ont signé un accord aux termes duquel la banque accordera un parrainage  de Rs 500 000 sur un an à la Turbine. Ce soutien servira à financer les programmes phares de l’incubateur et accélérateur d’entreprises, dont :

  • le Test Drive, concours préincubation permettant au startupper de tester la viabilité de son projet,
  • l’incubation, programme permettant à l’entrepreneur d’améliorer sensiblement ses chances de réussir grâce à l’encadrement, à la formation et au coaching proposés, et
  • l’accélération, destinée à l’entrepreneur expérimenté souhaitant faire grandir son entreprise.

 

Diane Maigrot, General Manager de la Turbine souligne :

 

Nous remercions la MCB pour sa confiance en nos programmes. Ce soutien financier est très important pour la Turbine, car il nous permet de renforcer l’accompagnement que nous proposons à la communauté des start-up en leur amenant encore plus de services et de soutien. Nous sommes heureux de collaborer avec la MCB, dont nous partageons la vision, à savoir aider les PME locales à innover et à prospérer.

Le CEO d’ENL abonde dans le même sens :

Au-delà de l’argent – la Turbine ayant une vocation non lucrative –, ce partenariat rehausse la crédibilité de notre incubateur d’entreprises. C’est, à n’en point douter, une étape importante de son développement que la Turbine vient de franchir. Je suis confiant que ce partenariat va durer et qu’il va en attirer d’autres.

Hector Espitalier-Noël explique qu’ENL a fondé la Turbine il y a cinq ans dans le but de créer un écosystème d’entrepreneurs capables de durer et susceptibles de créer de la vraie valeur pour le pays. À travers cette initiative, le groupe a cherché à faire profiter au plus grand nombre de son expérience et de ses infrastructures, a-t-il souligné. Il note avec satisfaction que l’équipe ENL a activement contribué à ériger la Turbine en référence nationale parmi les incubateurs d’entreprises.

Je suis heureux de constater que notre persévérance a porté ses fruits et que la progression de la Turbine s’accélère. Nous travaillons actuellement à créer un réseau d’Angel Investors pour investir dans les start-up incubées à la Turbine. Ce dénouement nous permettra de leur faciliter l’accès au financement.

Pour sa part, le Deputy CEO de la MCB puise de son expérience de banquier pour relever les cinq principaux facteurs qui contribuent à la réussite de l’entreprise. En premier lieu, il mentionne l’idée qui est à l’origine même de l’initiative entrepreneuriale. Viennent ensuite la qualité de l’équipe et son agilité face au marché, ainsi que le modèle économique et la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices. Si ces trois axes sont suffisamment solides, le financement suivra toujours, dit-il, en précisant toutefois qu’au final, le facteur qui pèse le plus dans l’équation est le timing.

« L'exécution est très importante. L'idée est très importante. Mais le timing l'est sans doute encore plus. Le bon timing est le seul facteur qui ne peut pas être résolu avec une équipe formidable, un modèle commercial hermétique et des millions (ou milliards) de roupies de financement », insiste Raoul Gufflet. « Je ne peux que vous recommander d’écouter vos clients. Testez constamment et systématiquement vos produits et hypothèses avec eux ; prenez le temps de comprendre si votre solution convient au marché ou si la conjoncture appelle une offre différente. Les consommateurs ne mentent pas et constituent toujours le premier terrain d'essai avant la mise en liberté d’une idée », conseille-t-il. Un conseil qui vaut son pesant d’or.