Saviez-vous qu’il est possible d’attraper un coup de soleil… des yeux ? Une surexposition aux rayons ultraviolets, qui font partie du rayonnement solaire invisible, peut en effet mener à toute une série de problèmes oculaires si nous ne nous protégeons pas efficacement. Les plus exposés étant les professionnels de la mer, le groupe ENL et ses partenaires – la Mauritius Fishermen Co-operative Federation Ltd et le Rotary Club de Phoenix – mènent actuellement une campagne pour sensibiliser les pêcheurs à l’urgence de bien se protéger les yeux, qu’ils soient en mer ou sur terre.

  • Campagne de sensibilisation d’ENL : Attention au coup de soleil oculaire !

    Campagne de sensibilisation d’ENL : Attention au coup de soleil oculaire !

 

Le coup d’envoi a eu lieu à Grande-Rivière-Sud-Est et à Trou-d’Eau-Douce le dimanche 5 septembre 2021. Une centaine de pêcheurs ont bénéficié ce jour-là de précieux conseils et d’informations du Dr Harsha Pathak, ophtalmologue, ainsi que d’une paire de lunettes de soleil polarisées de la marque Helios pour se protéger. Celles-ci sont fabriquées par Plastinax Austral, filiale d’ENL, à partir de bouteilles PET recyclées.

Si l’usage est à la protection de la peau en cas d’exposition au soleil, celle des yeux est aussi d’une importance capitale, a expliqué Dr Harsha Pathak, ophtalmologue et membre du Rotary Club de Phoenix, lors d’une des journées de distribution. Elle souligne :

La vue est un sens capital, surtout pour les professionnels de la mer. Sans une bonne vue, ils ne peuvent mener à bien leur mission de faire bouillir la marmite familiale. Les pêcheurs sont, par la nature de leur métier, les plus exposés aux rayons UV qui abîment leurs yeux au fil du temps, et ce même s’ils sont à l’abri du soleil, sous un arbre, par exemple.


Il faut savoir que la lumière se reflète sur les surfaces brillantes, telles que la mer et la plage. Ces reflets dits « parasites » provoquent des problèmes visuels tels que la kératite, qui est une inflammation de la cornée, ou encore l’ophtalmie qui est très douloureuse. « Il est donc important de bien se protéger et surtout, de savoir comment le faire. De vraies lunettes de soleil polarisées, comme celles offertes par ENL, offrent une protection à 100 %. Elles permettront aux professionnels de la mer de prévenir ces maladies oculaires », a ajouté le Dr Pathak.

Dans l’assistance, les pêcheurs de tous âges présents ont été très attentifs aux explications de l’ophtalmologue. Plusieurs d’entre eux se rejoignent sur un même point : ils ignoraient jusqu’ici que les rayons UV leur abîmaient les yeux. Kevin Jungly, 37 ans et habitant Grande-Rivière-Sud-Est, confie avoir été surpris d’apprendre que le soleil pouvait être vecteur de maladies oculaires.

Je suis pêcheur depuis l’âge de 12 ans et ce n’est qu’aujourd’hui que j’apprends qu’il est important de se protéger les yeux avec des lunettes solaires polarisées pour éviter les maladies oculaires plus tard.

 

Marie Sunedia Chicaneau, 53 ans et habitant Quatre-Sœurs, soutient pour sa part avoir déjà eu des problèmes oculaires depuis 25 ans qu’elle pratique ce métier.

Je me suis protégé les yeux, mais pas avec des lunettes adéquates. Même si je porte régulièrement un chapeau, j’ai développé une myopie au fil du temps. C’est la toute première fois que je suis sensibilisée à ce problème et je remercie le groupe ENL pour cette noble initiative. Nous avons eu un très joli cadeau.

 

Transmettre le message

Les deux pêcheurs confient avoir été étonnés d’apprendre que les montures et pochettes de ces lunettes de soleil ont été fabriquées à partir de bouteilles en plastique, qui finissent habituellement à la poubelle. « Désormais, je les conserverai », a promis Sunedia Chicaneau. Elle est rejointe dans ses propos par son jeune collègue. Tous deux s’engagent aussi à passer le message aux autres professionnels de la mer et villageois afin qu’ils se protègent également.

 

« Je vais, à mon tour, faire passer le message et sensibiliser les autres pêcheurs à l’importance de se protéger les yeux pour qu’ils n’aient pas de problème dans le futur, mais aussi à l’urgence d’arrêter de polluer. La plupart des déchets sauvages jetés en mer ou sur terre finissent souvent dans le cours d’eau de Grande-Rivière-Sud-Est. Ils ont un lourd impact tant sur la biodiversité marine, notre gagne-pain et sur notre chaîne alimentaire. Je remercie ENL pour cette campagne d’information et son soutien à la communauté des pêcheurs. Je suis très heureux de recevoir cette paire de lunettes de soleil polarisées. J’en ferai bon usage », a conclu Kevin Jungly.