Le point sur l’impact du confinement de cette année sur l’activité agricole d’ENL.

  • ENL Agri aux prises avec les effets directs et indirects de la Covid-19

    ENL Agri aux prises avec les effets directs et indirects de la Covid-19

 

Si le confinement de cette année pour cause de Covid-19 n’a pas vraiment affecté la culture de la canne à sucre, la production maraîchère a été fortement touchée en revanche par le manque de main-d’œuvre. Olivier Baissac, Strategy and Development Manager d’ENL Agri et Alban de Spéville, General Manager de Field Good Fresh Foods, expliquent.

Ces deux derniers mois, la canne a plutôt souffert de la sécheresse. Le rythme de la repousse a été inférieur à celui de l’année dernière et à la moyenne sur le long terme. Avec le début de la moisson qui se profile à l’horizon – le démarrage de la coupe est prévu pour fin juin – la situation suscite une certaine inquiétude.

Olivier Baissac confie :

À moins d’un autre confinement durant la période de coupe, la Covid-19 ne devrait pas perturber nos opérations outre mesure. Notre plus gros challenge reste de réduire nos coûts de production tout en respectant les principes agronomiques de base. La tâche s’annonce ardue, car nous subissons actuellement une augmentation sensible du coût de nos intrants, due sans doute à la pandémie à l’échelle mondiale.


Du côté maraîcher, l’impact de la Covid-19 et du confinement est plus direct. « Nous avons rencontré des difficultés pour l’acheminement de certains équipements agricoles jusqu’aux sites. L’instauration de zones rouges a ralenti certains canaux de distribution et bon nombre de producteurs n’ont pu écouler leurs produits dans les temps », relève Alban de Spéville.

 

L’hiver étant la période de l’année où la production maraîchère est abondante, le challenge pour Field Good Fresh Foods est d’arriver à écouler tous ses produits. Cela s’avère difficile, car en temps normal, le marché se contracte durant cette période. Le contexte actuel de crise sanitaire, de fermeture d’hôtels et de restrictions sur les opérations des restaurants ne fait qu’exacerber cette difficulté saisonnière. Alban de Spéville indique toutefois que la situation est sous contrôle, avec la mise en place de toute une stratégie pour éviter la rupture.

 

Alban de Spéville nous partage :

L’une des manœuvres que nous comptons adopter, c’est d’élargir momentanément notre gamme de produits pendant cette période.