ENL collabore une nouvelle fois avec la Mauritius Fishermen Co-operative Federation Ltd et le Rotary Club de Phoenix dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur la protection de la santé oculaire des pêcheurs. Une rencontre entre les différentes parties prenantes a eu lieu ce jeudi 2 septembre 2021 au siège social du groupe, à Vivéa Business Park, à Moka.

  • ENL réitère son partenariat avec les pêcheurs et le Rotary Club de Phoenix

    ENL réitère son partenariat avec les pêcheurs et le Rotary Club de Phoenix

 

La campagne démarrera ce dimanche 5 septembre à Grande-Rivière-Sud-Est. Des lunettes polarisées fabriquées à partir de plastique recyclé par Plastinax Austral, filiale du groupe ENL, seront aussi remises aux pêcheurs détenteurs d’une carte professionnelle. D’autre part, l’ophtalmologue Harsha Pathak, aussi membre du Rotary Club de Phoenix, animera des séances d’explication sur l’importance de se protéger les yeux en mer.

Hector Espitalier-Noël, CEO du groupe ENL partage :

Ce partenariat avec le Rotary Club de Phoenix en faveur des pêcheurs artisanaux de Maurice est en adéquation avec l’ancrage territorial des pratiques de responsabilité sociétale du groupe ENL. Notre engagement pour le développement durable et inclusif repose en grande partie sur les principes de l’économie circulaire et nous sommes en train de mettre en place tout un cadre pour la gestion responsable des déchets générés par nos activités. Certaines de nos filiales ont pris plusieurs longueurs d’avance. Ainsi, Plastinax recycle des bouteilles PET pour fabriquer des montures de lunettes.

 

L’initiative conjointe d’ENL, du Rotary Club de Phoenix et de la Fédération des coopératives de pêche a débuté il y a 10 jours avec le nettoyage du littoral à Grande-Rivière-Sud-Est. En remettant aux pêcheurs des lunettes solaires polarisées fabriquées à partir des déchets plastiques recueillis, le groupe passe plusieurs messages :

  1. Tout geste, à première vue anodin, de dépôt de déchets dans la nature a des conséquences pour une communauté ou une autre. Ainsi, le plastique jeté un peu partout à travers l’île finit invariablement à la mer, détruisant l’écosystème marin, compromettant la qualité des prises qui se retrouvent dans nos assiettes et mettant en péril le gagne-pain des pêcheurs.
  2. Les déchets, s’ils sont gérés de manière responsable, peuvent être valorisés et devenir non seulement un moyen de gagner sa vie, mais aussi une solution de santé. Dans le cas présent, le plastique pollueur est devenu lunettes de soleil protectrices.
  3. Les pêcheurs doivent être conscients du danger invisible qui les guette en mer, c’est-à-dire les rayons UV du soleil qui, à la longue, peuvent sérieusement endommager leurs yeux. Ils doivent se protéger en portant de vraies lunettes anti-UV.