Lors du Moka Art Festival, qui s’est tenu le 28 avril dernier, les festivaliers ont eu l’occasion de découvrir : « L’art pour tous ».

  • Moka Art Festival – Les habitants de Moka se mobilisent pour « L’art pour tous »

    Moka Art Festival – Les habitants de Moka se mobilisent pour « L’art pour tous »


Ce projet artistique est une initiative conjointe entre ENL Foundation et le metteur en scène Jean-François Dorza.  Il a offert une plateforme d’expression et une opportunité de se réunir aux jeunes de la région de Moka, venant de Cité Sainte Catherine et d’Alma et aux dames du projet social Baz’art Kreasion. Le concept ? Combiner le body painting et  des matériaux recyclés autour des thèmes : l’architecture et urbanisme, la permaculture et la mixité culturelle.

Jean-François Dorza n’est pas un inconnu de la scène artistique local. Il a collaboré sur énormément de projets divers et variés notamment sur la mise en scène du spectacle « Envol moi » en  décembre 2013, en mai 2013 comme coordonnateur du projet du Carnaval de la MTPA et sur « Color Your World » pour l’association Des enfants d’un rêve en septembre 2011 entre autres.  Il est d’avis que :

L’art a pour effet de développer l’estime de soi et la confiance en soi. Il fait appel aux qualités créatrices et à la communication des idées et de l’information. C’est aussi un moyen d’élever le niveau culturel, d’affiner le sens esthétique et de créer un capital social. L’art a une force mobilisatrice qui permet de renforcer les communautés, de développer le sens de l’identité communautaire et d’infléchir l’isolement social.




Il suggère que la discipline artistique permet la compréhension des cultures diverses et de renforcer la cohésion sociale. Pour l’individu, elle permet d’améliorer la santé mentale et physique et le bien-être. Ainsi sont réduits les infractions et délits et les effets de la pauvreté. Jean-François Dorza croit fermement que l’art peut être une échappatoire à de nombreux problèmes et fléaux sociaux.  Il ne cache pas son appréciation de sa collaboration avec les jeunes de la région :

J’ai été agréablement surpris du talent de tous ceux ayant participé au projet. Le potentiel est là, mais il manque le cadre et l’accompagnement approprié. De plus, voir Moka être animé de la sorte et de savoir que nous avons aussi contribué à son rayonnement est une grande fierté. J’encourage ce genre d’initiative pour la démocratisation de l’art.

Pour sa part Mario Radegonde, Head of CSR et manager d’ENL Foundation se dit très fier du travail accompli par les jeunes de la région et aussi des dames du projet social de Baz’art Kreasion :

Cela démontre les qualités et le talent indéniable de ces personnes. Arriver à recréer des œuvres d’un tel niveau de complexité requiert une certaine maîtrise et beaucoup d’investissements. Je les remercie de leur participation tout à fait bénévole au Moka Art Festival et d’avoir démontré tout le savoir-faire des Mokassiens à travers cette œuvre artistique.