En février 2022, le groupe ENL prenait l’engagement de mesurer et réduire son empreinte carbone. Pari réussi pour cet exercice, qui a duré 6 mois. Les 22 entreprises du groupe ont complété le bilan de leurs émissions directes et indirectes de CO₂. Les leaders d’ENL se sont réunis à The Pod, à Vivéa Business Park, le 22 août pour faire un point d’étape sur l’avancement du projet. Zoom sur le sujet avec Sandra Fayolle, Head of Business Strategy and Investor Relations du groupe, qui nous éclaire sur l’engagement du groupe à avoir un impact positif sur la planète.

  • Empreinte carbone : Les entreprises du groupe ENL s’engagent en faveur de l’environnement

    Empreinte carbone : Les entreprises du groupe ENL s’engagent en faveur de l’environnement

 

Lutter contre le réchauffement climatique et réduire l’impact carbone de ses entreprises. C’est là l’engagement pris par le groupe ENL, qui a entamé en février 2022 un exercice pour mesurer ses émissions directes et indirectes de CO₂. Sandra Fayolle, Head of Business Strategy and Investor Relations d’ENL, a chapeauté ce projet. Elle nous fait un tour d’horizon sur la prochaine étape de cette démarche.

 

1. ENL prend l’engagement durable de réduire son empreinte carbone. Dites-nous en plus sur l’objectif de ce projet ?

Chez ENL, nous nous sommes engagés en faveur du développement durable en ayant un impact positif sur l’environnement, l’humain et l’économie. C’est d’ailleurs l’ambition affichée sur notre feuille de route CAP 23, Impact Driven, notre business plan pour la période se terminant en juin 2023. L’une des initiatives prises pour donner corps à cette ambition consiste à mettre en place un cadre permettant aux entreprises du groupe de mesurer et ensuite de réduire leur empreinte carbone. Le changement climatique est aujourd’hui une réalité incontestable, la protection du climat est ainsi devenue une nécessité. Afin de pouvoir réussir la démarche de bas carbone, le groupe ENL a pris conscience qu’il est primordial de travailler en collaboration avec ses parties prenantes. Nous faisons appel à d’autres entreprises à Maurice dans cette transition vers le bas carbone.

 

2. Quel a été le point de départ pour lancer l’exercice au sein des entreprises ?

Afin de nous lancer dans ce projet, nous avons requis les services d’Isodom, une entreprise réunionnaise spécialisée dans le conseil en transformation numérique et environnementale. Isodom et l’équipe Sustainability d’ENL ont travaillé étroitement avec les entreprises, en commençant par une analyse de l’existant pour préparer la collecte des données. Nous avons ensuite procédé à la comptabilisation carbone de chaque entreprise. En parallèle, les salariés ont participé à des ateliers sur « La Fresque du Climat », qui avait pour objectif de leur faire prendre conscience des enjeux liés au dérèglement climatique.

3. Quels sont les grands axes abordés lors de la rencontre avec les leaders ?

Les équipes qui ont travaillé sur ce projet de façon rapprochée se sont réunies le 22 août 2022 pour faire le point sur l’avancement de l’initiative sur le terrain. Cela a été l’occasion de passer en revue les résultats de l’empreinte carbone pour l’année financière se terminant au 30 juin 2022. Durant la même semaine, plusieurs filiales du groupe ont enchaîné avec des ateliers de travail ayant pour but de les mettre en route pour appréhender les risques et opportunités pour chacune d’elles par rapport à la transition vers le bas carbone. Elles ont aussi réfléchi à des possibilités de plans d’action. Ces sessions ont été facilitées par Rachel Toulet et Nancy Evano-Badilas du cabinet Isodom.

 

4. Quelle est la prochaine étape pour faire aboutir le projet carbone ?

Rendez-vous est pris pour fin 2022, lorsque les dirigeants du groupe partageront leurs engagements et les plans d’action pour chaque filiale. Afin de pérenniser la démarche, les équipes apprendront à évaluer leur propre impact carbone et les plans d’action seront suivis dans le temps. L’objectif est d’être dans l’amélioration continue, en trouvant la balance entre le développement du business et la réduction de l’impact des activités sur la planète. Nous pourrons, dans un premier temps, avoir des benchmarks en termes d’émissions carbone, et surtout développer à terme des solutions conjointes pour œuvrer dans le sens de cette transition.