ENL Foundation lance quatre nouveaux projets communautaires réunis sous le programme « Leave No One Behind » grâce au soutien financier de l’Union Européenne (UE).

  • ENL Foundation a obtenu le soutien financier européen à hauteur de Rs 15 millions

    ENL Foundation a obtenu le soutien financier européen à hauteur de Rs 15 millions


Le groupe ENL renforce son partenariat avec l’Union Européenne dans le domaine du développement inclusif. Après Baz’Art Kreasion, centre pour promouvoir le micro-entrepreneuriat féminin à Moka, ENL Foundation a obtenu le soutien financier européen à hauteur de Rs 15 millions pour son projet « Leave no one behind ». La cérémonie officielle de remise de chèque a eu lieu le mois dernier en présence de Marjaana Sall, ambassadrice et chef de la délégation de l’UE à Maurice et du ministre de l’Intégration sociale, Alain Wong.

Le programme Leave no one behind regroupe quatre initiatives, à savoir, un Capacity Building Programme, le Backyard Gardening, l’Integrated Sustainable Community Mix-Farming et l’Economic Sustainable Incubators. Les communautés devant en bénéficier sont celles de Cité Telfair, Alma, Cité Sainte Catherine, L’Escalier et de la région de St-Pierre/Moka en général.

Le programme touchera 275 bénéficiaires directs et 1 875 autres personnes indirectement. L’objectif premier est de combattre la pauvreté en encadrant et en coachant des personnes à faible revenu et vulnérables pour qu’elles deviennent économiquement indépendantes et puissent mener une vie décente. ENL Foundation a réuni des partenaires stratégiques et leaders des régions concernées en février à Moka pour leur présenter les projets et les sensibiliser quant au rôle actif qu’ils devront jouer pour les concrétiser.

ENL Foundation a sollicité l’expertise de Joelle Rabot pour piloter le programme Leave No One Behind. Cette dernière, qui a déjà collaboré avec Mario Radegonde et son équipe sur divers programmes communautaires confie: 

C’est vraiment un immense plaisir d’avoir été choisie en tant que coordinatrice de projets. Le premier contact avec les Key Persons des régions a été très positif et elles ont adhéré au concept. J’ai vraiment hâte de commencer le travail sur le terrain.

Joelle Rabot soutient que le premier atelier a permis aux différentes personnes concernées de se concerter sur la meilleure approche à adopter sur le terrain. « Je souhaite que ce projet communautaire soit l’affaire de tous et non juste un projet d’ENL Foundation », poursuit la jeune femme.

Cet atelier était également l’occasion de réfléchir à un slogan pour le programme. « Avanse, fonse ansam » symbolise la volonté des initiateurs. Joelle Rabot soutient:  

C’est avec la puissance de ces mots que nous souhaitons encourager les habitants de ces régions défavorisées à se prendre en main.

Les choses sérieuses devraient débuter dans les prochains mois, avec une mise en œuvre du programme par étapes.