Quelque 3 kilomètres de barrages flottants ont été confectionnés durant le week-end des 8 et 9 août 2020 à Bagatelle à l’initiative du collectif citoyen Moka'mwad, avec le soutien du groupe ENL et l’apport de centaines de bénévoles dans le combat contre la marée noire causée par le naufrage du MV Wakashio. L’opération a repris de plus belle mardi et se poursuit jusqu’à vendredi.

  • La fabrication de barrages flottants en plein boom à Bagatelle

    La fabrication de barrages flottants en plein boom à Bagatelle

 

Le groupe ENL continue de s’impliquer activement dans la protection de l’écosystème marin du sud-est de l’île Maurice à la suite du naufrage du vraquier MV Wakashio il y a deux semaines. Il intervient sur deux fronts, à savoir la coordination des dons de moyens effectués par ses filiales et partenaires d’affaires pour combattre la marée noire, ainsi que la confection de « booms » flottants à partir de paille de canne pour endiguer l’huile lourde déversée dans le lagon.  

 

La fabrication des barrages flottants est une initiative du collectif citoyen Moka'mwad en collaboration avec Bagatelle Mall et ENL Agri qui a démarré le samedi 8 août 2020. L’action a mobilisé plusieurs centaines de bénévoles et salariés du groupe. Certains sont allés recueillir de la paille de canne manuellement dans les champs d’ENL à Moka alors que d’autres se sont donné rendez-vous à Bagatelle Mall pour confectionner les « booms ». L’opération était coordonnée par Bénédicte de Comarmond, Communication Manager d’ENL Property, Ketty Lim Ka Lan, Manager de Moka’mwad et Mario Radegonde, Head of CSR du groupe et responsable d'ENL Foundation.

 

Quelque 3 kilomètres de « booms » ont ainsi été fabriqués durant le week-end, avec le concours logistique de Velogic et Rennel. Les opérateurs commerciaux de Bagatelle Mall ont alimenté l’enthousiasme et l’énergie des bénévoles avec de la nourriture et des boissons. Ces barrages flottants ont été acheminés vers Bois-des-Amourettes pour la protection de mangroves et autres criques affectées par la marée noire, qui continuait à remonter la côte vers le nord-est.

 

Après une pause lundi à la demande des autorités sur place – il faut savoir que les Mauriciens se sont mobilisés sur quatre autres sites grâce à des initiatives similaires prises par d’autres entreprises –, la confection a repris de plus belle mardi. Cette fois sous la supervision technique des autorités, qui ont voulu s’assurer d'une efficacité optimale des booms dans leau.

 

Dès la réouverture du site très central de Bagatelle dans la journée d’hier, les volontaires ont afflué. Il s'agissait de citoyens voulant apporter leur contribution au combat national en faveur de l’écosystème marin et surtout, de salariés d’entreprises d’Ebène, de Moka et de Port-Louis libérés pour l’occasion. L’élan était tel que les coordonnateurs, qui ont entre-temps mis en place une gestion du flux de bénévoles, font savoir que le site de Bagatelle affiche complet pour la semaine. 

 

Pour sa part, ENL reste en contact avec les combattants de la marée noire dans le sud-est de l’île et continue de les soutenir par tous les moyens dont il dispose. Ainsi, le groupe a fait acheminer une centaine de barres de fer vers Mahébourg et a coordonné le don de corps-morts par les compagnies de construction BCE, GCC et Gamma, de barils flottants par Axess et Prime Events, ainsi que de réservoirs en plastique par Nabridas, entre autres.

 

Depuis le mardi 11 août, les experts internationaux sur place pour prêter main forte aux autorités mauriciennes ont déployé des « booms » flottants professionnels et le pompage du fioul s’est accéléré. « Avec l’aide des pêcheurs de la région qui connaissent bien le mouvement des courants marins dans cette partie du lagon, les choses vont à présent très vite », écrivait hier Marina Ythier-Jacobsz, qui assure la coordination de la communication pour Business Mauritius.