À ce jour, trois initiatives pour faciliter la réinsertion professionnelle sont en voie de développement aux côtés d’actions caritatives visant à aider plusieurs dizaines de familles à surmonter la crise.

  • La solidarité en action

    La solidarité en action

 

Le #myENL COVID-19 Solidarity Fund est présent sur deux fronts pour venir en aide aux familles touchées par la crise sanitaire et l’appauvrissement des ménages qui s’ensuit. Sa première action consiste à assurer des moyens de survie aux familles les plus démunies face à une telle situation. En parallèle, le fonds soutient la mise en place d’actions plus durables pour faciliter l’autonomie financière des populations cibles. Cette approche biphasée est en ligne avec la volonté d’ENL d’apporter des solutions durables aux victimes socio-économiques du coronavirus.

 

Dans le premier cas de figure, le #myENL Solidarity Fund intervient à travers des ONG expérimentées qui accompagnent activement sur le terrain des familles vivant dans la précarité à traverser la crise du COVID-19. Un soutien prioritaire est accordé aux acteurs présents dans les régions proches des activités du groupe ENL à travers le pays. Un premier déboursement vient d’être sanctionné en faveur de l’opération de solidarité d’ENL Foundation et de l’action de l’ONG Elles C Nous Association pour la distribution de colis alimentaires à un total de 165 familles.

Elles C Nous Association œuvre depuis 13 ans aux côtés de 45 familles démunies, dont 80 enfants, dans les régions de Pailles, Grande-Rivière-Nord-Ouest, Pointe-aux-Sables, Chebel, Maingard et Mont-Roches. Le confinement ayant empiré leur situation financière déjà fragile, l’ONG a approché le #myENL Solidarity Fund pour pouvoir offrir à chacune d’elles un colis alimentaire d’une valeur de Rs 1 000.

La valeur globale de ces premières interventions d’aide à la survie est estimée à Rs 205 000. Trois autres demandes d’aide sont actuellement à l’étude et devraient être traitées par le fonds d’ici à la semaine prochaine.

Par ailleurs, trois initiatives sont envisagées pour faciliter la réinsertion professionnelle de personnes affectées sur le plan économique par la crise :

  • La mise sur pied d’un programme de formation visant à permettre aux personnes ayant perdu leur travail de se recycler dans d’autres métiers : l’agriculture, l’entretien technique, la plomberie, les travaux électriques, etc. Les intéressés passeront d’abord par des sessions d’orientation qui permettront d’évaluer leur niveau de motivation et leur intérêt. Ils auront ensuite droit à une formation pratique, à du coaching et à un soutien pour démarrer. Par exemple, ceux qui se seront tournés vers l’agriculture pourraient accéder à des terres arables. Les techniciens pourraient, pour leur part, utiliser une plate-forme digitale conçue pour leur faciliter l’accès au marché.

 

  • La création d’une plate-forme digitale pour faciliter le contact entre les personnes ayant perdu leur emploi et/ou travaillant à leur propre compte avec de particuliers recherchant de tels produits et services. Typiquement, le consommateur pourrait facilement y trouver un électricien, un mécanicien, une femme de ménage, un plombier, un fleuriste, un jardinier, une baby-sitter… Et les prestataires de ces services pourraient trouver des clients.

 

  • La mise à disposition d’un service temporaire de garde d’enfants pour permettre aux parents de regagner rapidement le travail après le déconfinement. Ces garderies offriraient un tel service jusqu’à ce que l’école reprenne son rythme normal.

 

Un sous-comité présidé par Thierry Rey, Business Development Director d’ENL Property et constitué de Daryl Rivet, General Manager de Superdist, ainsi que de Mario Radegonde, Head of CSR du groupe ENL, travaille à donner corps aux différentes initiatives.