Cathy Valarien a bénéficié de l’encadrement d’ENL Foundation à travers le projet « Leave No One Behind », qui est soutenu par l’Union européenne, pour se former et ouvrir son salon de coiffure et beauté à L’Escalier.

  • Cathy Valarien, coiffeuse devenue propriétaire de salon

    Cathy Valarien, coiffeuse devenue propriétaire de salon

 

Habitant à L’Escalier, Cathy Valarien commence sa carrière il y a quelques années comme employée du salon de coiffure du village. À la naissance de sa fille, conjuguer travail et vie de famille s’avère difficile et elle décide de se consacrer à son foyer.

 

Un beau jour, l’une de ses connaissances lui demande de lui faire un brushing. Cathy s’y plie et sans quelle s’y attende trop, elle commence à recevoir d’autres sollicitations du même genre. Son enfant ayant grandi entre-temps, Cathy accepte de relever le défi d’ouvrir un salon à domicile, avec un matériel rudimentaire.

 

Le bouche-à-oreille fait son œuvre et bientôt, Cathy a une belle clientèle. Pour répondre à la demande, elle lance un service de maquillage. Très vite, toutefois, le besoin de se former et de se professionnaliser davantage se fait sentir. C’est alors que Cathy prend connaissance des initiatives d’ENL Foundation dans la région. Elle apprend ainsi que la fondation a mis sur pied un programme d’aide à l’entreprenariat qui comprend formation et financement. Cathy ajoute :

Je me suis inscrite et la formation que j’ai reçue m'a permis de voir plus grand. D’autant que je dispose maintenant de tous les outils nécessaires pour réussir.

Cathy l’entrepreneuse rêve désormais d’agrandir son salon de coiffure et même de le faire évoluer en un salon de beauté. Cathy nous confie :

Depuis octobre de l’année dernière, je propose un service de maquillage professionnel à mes clients. Je souhaite à présent leur offrir d'autres services qui répondront à leurs besoins, tels que l’onglerie et l’esthétique

 

Lancé sous le projet Leave No One Behind financé par l’Union européenne, Mo Bizness est une initiative d’ENL Foundation ciblant 50 personnes issues de milieux défavorisés qui souhaitent travailler à leur propre compte. Formés, encadrés et accompagnés par une équipe pluridisciplinaire, les bénéficiaires ont aussi accès à un capital de départ (Seed Capital) pour se lancer et poser les bases de leur entreprise. C’est ainsi que Cathy Valarien a pu entreprendre des travaux pour aménager un salon de coiffure/esthétique chez elle. À travers le projet, elle a aussi bénéficié d’une formation professionnelle en maquillage chez Marion.